Critique

[Critique ciné] La Mélodie, plus dépressif que dramatique

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DRAME | Résolument plus proche d’un mauvais épisode de L’Instit que d’Entre les murs, le film illustre de la manière la plus littérale qui soit l’adage voulant que la musique adoucit les moeurs.

[Critique ciné] La Mélodie, plus dépressif que dramatique

Soit la rencontre en forme de choc des contraires entre un professeur de violon terne, rigide, et les élèves turbulents de la classe de 6e d’un collège parisien. Vont-ils parvenir à s’entendre et livrer, in fine, un concert du tonnerre de Zeus? Réponse, interminable, dans cette Mélodie lourdement démonstrative et sans rythme qui flirte avec le degré zéro du langage cinéma. Le visage inexplicablement maquillé comme une orange trop mûre, Kad Merad confond registre dramatique et registre dépressif. À sa suite, ce film supposément porteur d’espoir fout carrément le cafard.

De Rachid Hami. Avec Kad Merad, Renely Alfred, Samir Guesmi. 1h42. Sortie: 08/11. **

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content