Critique

[Critique ciné] Comment j’ai rencontré mon père, anecdotique

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

COMÉDIE | Consacrant le passage à la mise en scène de Maxime Motte, ci-devant scénariste des Naufragés, Comment j’ai rencontré mon père vient s’ajouter à la somme de comédies transparentes que produit sans relâche le cinéma français.

[Critique ciné] Comment j'ai rencontré mon père, anecdotique

Soit l’histoire d’Enguerrand (Owen Kanga), enfant adopté d’origine africaine, croyant trouver son père biologique en Kwabéna (Diouc Koma), immigré clandestin débarqué nuitamment sur une plage du Nord et voulant à tout prix gagner l’Angleterre. S’ensuivent des aventures à rebondissements venues redessiner le paysage familial -la mère responsable (Isabelle Carré), le père immature (François-Xavier Demaison) et le papy facétieux (Albert Delpy en roue libre)-, maigre argument d’un film sympathique, mais plus encore anecdotique.

De Maxime Motte. Avec François-Xavier Demaison, Isabelle Carré, Diouc Koma. 1h25. Sortie: 07/06. *

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content