Critique

[Critique ciné] Belgica, paradoxalement trop sage

Belgica, de Felix van Groeningen © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

CHRONIQUE DRAMATIQUE | Deux frères, un bar à Gand, une chronique à la fois intimiste et résonant d’échos venus de la société qui change.

Felix Van Groeningen tire un parti appréciable du microcosme élu, qu’il filme avec une belle maîtrise (tout récemment reconnue par un prix au festival Sundance), et qu’électrise sporadiquement une BO percutante signée Soulwax (lire aussi notre interview). Mais Belgica est trop long, trop répétitif, trop bavard pour égaler ou même rappeler l’intensité des films précédents du surdoué Gantois, La Merditude des choses et The Broken Circle Breakdown. Rock’n’roll, assurément. Mais paradoxalement trop sage, et un peu complaisant.

DE FELIX VAN GROENINGEN. AVEC TOM VERMEIR, STEF AERTS, HÉLÈNE DE VOS. 2H07. SORTIE: 02/03.

Lire également notre interview de Soulwax: « On a mis un an et demi de notre vie dans Belgica »

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content