Critique

[à la télé ce soir] Diabète, une addition salée

© SISTER PRODUCTIONS / CLOSE UP
Nicolas Bogaerts Journaliste

En 2040, un adulte sur dix devrait être frappé par le diabète. Une maladie auto-immune (type 1) ou causée par la malbouffe et la sédentarité (type 2) qui frappe les pancréas de plus de 430 millions de personnes à travers le monde.

Ce documentaire est un tour d’horizon des prises en charge des malades, entre États-Unis et Europe. Leur coût financier, psychique, émotionnel est important. En témoigne le chanteur Bertrand Burgalat, dont l’intervention sans fausse pudeur ni impudeur détaille les peurs entêtantes liées au contrôle glycémique et à l’accumulation des traitements. En toile de fond du propos, le rôle de l’insuline dans la stabilisation du taux de glucose dans le sang (découvert en 1922) et l’escalade des thérapies et des séquelles (AVC, cécité, amputations). Un cauchemar qui grève les budgets des États tandis que l’industrie pharmaceutique engrange les bénéfices. Une dose de pédagogie et un constat sombre qui n’occultent pas la possibilité d’éclaircies pour ceux qui souffrent d’un des grands maux du siècle.

Documentaire de Dorothée Frénot et Benoît Rossel. ***(*)

Mardi 02/03, 20h50, Arte.

Partner Content