Critique

À la télé ce mardi soir: L’Europe au bord du crash?

Les dirigeants des pays de l'Union européenne © Springshot Productions/Annali
Guy Verstraeten
Guy Verstraeten Journaliste télé

De l’Espagne à la Suède, en passant par l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, ce documentaire donne la parole aux Européens convaincus et à leurs adversaires pour parler immigration, protection sociale, finance, gouvernance, transparence…

Ça démarre dans un avion, en 2030. Côte à côte, un archéologue anglais d’une cinquantaine d’années et une jeune Italienne de 8 ans font face, comme le reste des passagers, à de sévères turbulences. Dérouté d’aéroport en aéroport pour l’atterrissage, notamment à cause d’une pénurie d’électricité, l’appareil affronte ce qui pourrait advenir si l’Union européenne venait à imploser. C’est le postulat de départ d’Annalisa Piras: en 2030, la monnaie unique, les politiques communes et, plus globalement, la logique d’union, tout cela ne sera plus qu’un lointain souvenir. La gronde généralisée, la défiance des citoyens à l’égard des institutions, la montée en puissance des partis eurosceptiques, la crise financière, etc. Autant de turbulences qui mèneraient donc, à terme, à la fin du projet européen. Un projet que l’archéologue raconte à la petite fille assise à ses côtés. Sous forme de flash-backs vers 2014, le film d’Annalisa Piras dresse, en différentes étapes, un portrait sévère des dérives de l’Union et des difficultés auxquelles elle fait face. « La Zone Euro est en train de devenir un espace de colère et d’incompréhension mutuelle », prétend l’un des nombreux experts interrogés dans cette enquête sérieuse et bien menée. De l’Espagne à la Suède, en passant par l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, L’Europe au bord du crash? donne la parole aux Européens convaincus et à leurs adversaires pour parler immigration, protection sociale, finance, gouvernance, transparence… Intelligemment, Annalisa Piras ponctue ses séquences de chiffres qui vont à rebours de certains clichés véhiculés, entre autres, par les partis anti-immigrés: l’arrivée massive de migrants semble indéniablement bénéfique, tant au niveau de l’économie que de la protection sociale. C’est l’un des enseignements que l’on tire de ce docu-fiction complet, efficace et didactique.

DOCU-FICTION D’ANNALISA PIRAS.

Ce mardi 21 avril à 22h25 sur Arte.

Partner Content