Critique | Séries

Critique série: Taron Egerton en agent double dans Black Bird

3,5 / 5
© apple tv+
3,5 / 5

Titre - Black Bird

Genre - Thriller

Réalisateur-trice - Dennis Lehane

Quand et où - Disponible sur Apple TV+

Casting - Taron Egerton, Paul Walter Hauser et Sepideh Moafi

Dennis Lehane, célèbre auteur de thrillers transposés au grand écran (Mystic River par Clint Eastwood ou Shutter Island par Martin Scorsese, entre autres), adapte cette fois lui-même en série un livre qui n’est pas de sa plume mais Avec le diable, de James Keene et Hillel Levin. James «Jimmy» Keene, trafiquant de drogues qui écope d’une peine de dix ans. Un deal alléchant mais redoutable lui est alors proposé: l’annulation de sa peine s’il accepte d’être transféré dans une prison à haute sécurité afin de recueillir des aveux du serial killer présumé Larry Hall. Sans quoi, ce dernier sera libéré faute de preuves suffisantes. Black Bird ne compte que six épisodes mais prend paradoxalement son temps: on s’attarde sur le background de l’enquête, sur Larry Hall et son penchant pour l’affabulation… La mise en scène reflète le même classicisme et le même sérieux que ceux apportés à Mindhunter, référence de la série true crime. La minisérie s’essaie toutefois à une narration plus singulière (une des jeunes victimes défuntes s’exprime en voix off) mais qui ne convainc guère. L’intrigue s’avère cependant addictive quand, parallèlement à l’enquête, on suit Jimmy dans ce pénitencier aux mille dangers. Si l’on doute un temps de la pertinence du choix de Taron Egerton pour ce rôle complexe de mâle alpha rustre devenant agent double en milieu carcéral, le héros de la franchise Kingsman s’en sort finalement plutôt bien, même dans les scènes plus sensibles (peut-être les meilleures de la série) quand son personnage parvient à se rapprocher du sinistre Larry. Les rôles secondaires sont épatants, de Greg Kinnear et Sepideh Moafi en enquêteurs déterminés, à Paul Walter Hauser, glaçant dans le rôle de Larry Hall. On n’omettra pas de mentionner la prestation de l’inoubliable Ray Liotta dans son tout dernier rôle, particulièrement touchant en père dévoué mais à la santé chancelante. A voir.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Partner Content