Critique | Musique

Ron Sexsmith – Long player late bloomer

Ron Sexsmith, Long player late bloomer . Distribué par Cookingvinyl/V2.
En concert le 04 mai au Handelsbeurs, Gand.

ROCK | Avec son éternel air de poupon triste, Ron Sexsmith semble condamné à rester dans la position de l’underdog. Voire pire: de l’artiste maudit. Chanteur au songwriting souvent éblouissant, le Canadien fait l’unanimité auprès de ses pairs et des critiques mais n’a jamais réussi à toucher le grand public. Son onzième album, Long Player Late Bloomer, risque-t-il de changer la donne? Sexsmith s’est en tout cas offert une production des plus léchées (« Après tous ces disques à la Lars Von Trier, celui-ci est mon film d’action », rigole-t-il). Du coup, il donne à ses traditionnelles ballades un air classique presque euphorique (Get In Line). Un peu à la manière d’un Elliott Smith apaisé, ou d’un Costello amoureux, c’est dire…

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

L.H.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content