Critique | Musique

Nosaj Thing – Home

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

ÉLECTRO | Né Jason Chung, fixé du côté de Los Angeles, Nosaj Thing a fait ses armes du côté du hip hop. On l’y retrouve encore de temps en temps (il a filé des productions à Busdriver, Kid Cudi, Kendrick Lamar…).

Nosaj Thing, Home, distribué par Bertus. **

ÉLECTRO | Né Jason Chung, fixé du côté de Los Angeles, Nosaj Thing a fait ses armes du côté du hip hop. On l’y retrouve encore de temps en temps (il a filé des productions à Busdriver, Kid Cudi, Kendrick Lamar…). Pourtant, quand il sort son premier album perso en 2009, Drift tient plus de la méditation électro que de la syncope rap. Quatre ans plus tard, le décor n’a pas changé, sinon qu’il s’enfonce encore plus dans l’introspection. Deux invités viennent colorer un peu les paysages éthérés de Nosaj Thing: Kazu Makino (Blonde Redhead) sur Eclipse/Blue et Toro Y Moi sur Try. Ils n’empêchent pas Home de disparaître parfois derrière son propre brouillard. Contemplatif, le disque demande donc une certaine attention. C’est sa principale qualité et sa plus grande fragilité.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content