Critique | Musique

[l’album de la semaine] Spiritualized – « Everything Was Beautiful »: mise en orbite

4,5 / 5
4,5 / 5

Album - Everything Was Beautiful

Artiste - Spiritualized

Genre - Rock

Label - Bella Union/PIAS

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Avec Everything Was Beautiful, Spiritualized conjugue la beauté au futur antérieur. Un disque épique pour se soigner de la morosité ambiante.

« If you want a radio, I would be a radio for you. If you want an aeroplane, I would be an aeroplane for you. If you walk the galaxies, I would walk the galaxies with you… » L’entrée en matière est magique. Céleste. Lunaire. Le texte d’une simplicité désarmante. La voix d’une douceur bouleversante. La suite explose au visage, tout en choeur et dérapage psychédélique. À vrai dire, Always Together with You n’est pas sans rappeler Ladies and Gentlemen We Are Floating in Space, la chanson la plus mythique de Spiritualized.

Né en 1990 sur les cendres des Spacemen 3 et les relations tendues entre Jason Pierce et Peter « Sonic Boom » Kember (qui fonda alors Spectrum), le génial groupe anglais réapparaissait en 2018 après six ans de silence discographique. Pierce enregistrait alors ce qu’il pensait être le dernier album de Spiritualized. Fauché et pas en mesure de s’offrir un grand studio bien équipé, il fabriqua And Nothing Hurt sur un ordinateur, jouant de pratiquement tous les instruments lui-même. Une place dans le top 20 des charts alternatifs américains et une tournée à succès plus tard, Spiritualized est toujours debout. Il flotte même, scintillant, loin au-dessus de nos têtes comme pour prendre de l’élan et mieux venir s’y insinuer. Déjà à jamais gravé.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Onze studios, trente musiciens

Alors qu’on parle de plus en plus de conquête de l’espace, observant les milliardaires, colonisateurs de demain, convoiter les ressources en essayant de se faire passer pour les bienfaiteurs de l’humanité, Spiritualized vous envoie en trois quarts d’heure et seulement sept morceaux vous évader sur orbite. Il y a toujours du Velvet Underground et du Phil Spector, du Primal Scream et du Brian Wilson, du Flaming Lips anglais dans ces chansons amples, psychédéliques et rêveuses.

Onze studios, trente musiciens, quinze ingénieurs du son, six assistants, seize instruments rien que pour lui et la voix en introduction de sa fille Poppy… Seul maître à bord, J. Spaceman est à la fois le pilote de la mission, le cosmonaute explorateur et l’indispensable docteur. Spiritualized est une fusée. Spiritualized est un médicament. De la musique qui console, qui guérit. Disponible sans prescription et recommandé contre tous les maux, Everything Was Beautiful s’inscrit pleinement dans l’ADN du groupe britannique. Musicalement -son rock se la joue à la fois vintage et en Technicolor- comme esthétiquement -sa pochette fait à nouveau écho à une boîte de médocs. Let It Bleed (For Iggy) et son refrain plein de souffle, Best Thing You Never Had (The D Song) et son saxophone fou, le triomphant The Mainline Song inspiré par le meurtre de George Floyd et le mouvement Black Lives Matter qui s’ensuivit… Everything Was Beautiful est le genre de must qui transforme votre disquaire en pharmacie.

Partner Content