Opinion

Carte blanche

« La Nuit en a assez d’être assise à bord du Titanic et demande sa réouverture le 29 janvier 2022 »

Un collectif d’une septantaine d’acteurs du monde de la nuit demande au politique de « Choisir la vie! » dans une lettre que nous publions ici sous forme de carte blanche.

Mesdames, Messieurs les politiques,

À la veille des fêtes censées véhiculer des valeurs de partage, de famille et d’amitié, nous, professionnels de la culture festive et de la nuit, souhaitons vous interpeller sur les conséquences des décisions prises lors du Codeco du 26 novembre 2021 et vous demandons, solennellement, de faire, en 2022, le choix de la vie.

Depuis le 13 mars 2020, nos vies se sont arrêtées afin de permettre à autrui de continuer à mener les leurs. Si, certes, cette décision était compréhensible et acceptable dans un premier temps, elle ne l’est plus aujourd’hui, près de deux ans plus tard.

Si la Nuit s’est éteinte et tue pendant plus de vingt mois, consciente et compréhensive de l’effort demandé à chaque citoyen·ne, elle ne le peut plus à présent.

Sachant que, depuis le début de la crise, notre secteur a été solidaire des 11 millions;

Que notre secteur a suivi, à la lettre, l’ensemble des mesures qui lui ont été imposées (CST, CST+, etc.) sans jamais rechigner;

Que notre secteur a été le seul à devoir fermer à deux reprises après seulement 8 semaines d’activité en 2 ans;

Que se relaxer, se retrouver les uns et les autres est inhérent à la vie humaine et que des fêtes sauvages ont lieu chaque week-end par centaines, sans aucune prévention des risques;

Que nous sommes l’un des derniers espaces libertaires et que dans ces temps moroses et anxiogènes, nous offrons à la population une bulle d’air aussi indispensable que bénéfique en termes de bien-être mental;

Qu’il s’agit d’un secteur essentiel non seulement à la jeunesse mais également à l’écosystème de toute ville moderne;

Que les aides qui nous sont octroyées ne pourront être suffisantes, quelles qu’elles soient;

Que le secteur se retrouve à nouveau sans perspective ni trésorerie;

Que nous sommes des opérateurs responsables, ne pouvant plus accepter que vous décidiez de sacrifier une génération entière d’entrepreneurs et de jeunes citoyen·ne·s avec un seul plan « Titanic », nous envoyant inévitablement droit dans l’Iceberg;

Qu’aucune étude ne prouve une responsabilité disproportionnée, par rapport aux autres secteurs, dans l’encombrement des soins intensifs;

Que l’encombrement des soins intensifs par des patients Covid reporte, et c’est inadmissible, des opérations courantes et complique le travail du personnel soignant au quotidien;

Que la vaccination fonctionne en ce qu’elle prévient des complications et évite donc l’encombrement des soins intensifs;

Qu’il est prouvé que les individus rétablis représentent également un risque réduit de contamination et de complications dues au virus;

Que les virologues et vous, Mesdames, Messieurs les politiques, avez toujours insisté sur l’importance de la vaccination dans le combat contre cette pandémie;

Que nous, et notre public, sommes pour la plupart vacciné·e·s et avons joué le jeu de la collectivité;

Que nous ne tiendrons pas plus tard que la fin janvier et que les entrepreneurs pourraient être amenés à prendre des décisions drastiques par rapport à leur(s) établissement(s) si aucune date de réouverture n’était envisagée à ce terme, ce qui représenterait un échec irréversible pour la richesse du paysage culturel et festif national;

Nous vous demandons aujourd’hui de pouvoir reprendre nos activités dès le 29 janvier 2022, au plus tard.

Allons-nous encore faire le choix de l’isolement plutu0026#xF4;t que de la ru0026#xE9;silience?

Pour ce faire, notre secteur est prêt à prendre la main, à se positionner fort et se mobiliser afin de convaincre nos publics à l’intérêt de la vaccination car c’est, à nos yeux, la seule solution vers un retour à la vie sociale et festive.

Doit-on encore accepter aujourd’hui de condamner des secteurs et de pénaliser la société à long terme pour des irréductibles qui, au nom de leur liberté individuelle, empêchent le retour à notre liberté collective, notre travail, nos vies, nos passions?

Allons-nous encore constater l’échec d’une stratégie de risque zéro aux dépens des solutions telles que la gestion et la réduction des risques? En d’autres mots, allons-nous encore faire le choix de l’isolement plutôt que de la résilience?

Dans cette crise, nous sommes persuadés qu’il va falloir apprendre à vivre avec le virus et qu’il n’y a plus de place pour les demi-mesures.

Dès lors, nous sommes prêts à ne rouvrir nos portes, ce premier semestre 2022, qu’aux personnes présentant un risque minimal, c’est-à-dire aux personnes vaccinées et aux personnes rétablies (2G). Aujourd’hui, c’est donc de la manière la plus décidée que nous vous demandons d’avancer dans ce sens dans vos négociations et en vue de notre prochaine réouverture.

Enfin,

Mesdames, Messieurs les politiques, en 2022, entre autres choses, nous vous demandons de choisir la vie, la jeunesse, les générations futures… et les loisirs qui les accompagnent.

Signataires

Bruxelles: Bloody Louis, Brussels By Night Federation, C12, Cactus, Chez Ginette, Fuse, Hangar, Jalousy, Jeux d’Hiver, La Cabane, Listen! Festival, Madame Moustache, Magma, Mirano, Nostalgia Club, ON Sunday, Play Label Records, Spirito, You Night Club, Zodiak.

Flandre: Amigo, Ampere , Area V, Carré, Charlatan, Club EXO, Club Lima, Club Vaag, Club Wit, Full Circle, Grand Foulard, IKON Antwerp, Kitsch Klub, Kokoric, Kompass Klub, Kozzmozz, Kurious, Millenium Herselt, Millie Vanillie, Moose Bar, MTM Group, Nasty Mondays, Plein Publiek, Radar Lokeren, Red & Blue, Shrimp Tempura Groep, Skyclub, Sotto’s, The Villa, The Wide Spectrum, Versuz

Wallonie: Acte 3, Alhambra Club, Barocco, DB Club, Doktor Jack, Domaine DB, Flagdel, Forum Ortho, Infinity Hall, Le Cube Barchon, Le Cube Hannut, Le Trébuchet, Lindberg, Moulin de Solières, O-Zone, Romantica, Terminus, Zone 51, Zoo Club

Partner Content