Critique | Musique

L’album de la semaine: The Smile – « A Light for Attracting Attention »

4 / 5
© Alex Lake
4 / 5

Album - A Light for Attracting Attention

Artiste - The Smile

Genre - Rock

Label - Distribué par XL Recordings

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Thom Yorke et Jonny Greenwood font équipe avec le batteur des Sons of Kemet et renvoient avec The Smile aux grandes heures de Radiohead.

Huit heures du soir. Une heure, puis onze heures du matin… Fin janvier, The Smile donnait trois concerts à Londres en une douzaine d’heures. Dans une espèce de cage et à chaque fois devant un millier de spectateurs. Trois performances évidement sold out au Magazine London, salle récemment ouverte dans le quartier de Greenwich, également proposées en streaming payant. The Smile, c’est le projet monté par les membres de Radiohead Thom Yorke et Jonny Greenwood avec le batteur de Sons of Kemet (Tom Skinner) pendant le confinement.

Le supergroupe avait réalisé ses débuts l’été dernier lors d’un live en ligne à l’occasion du festival de Glastonbury. Il avait offert à ses fans quatre jam sessions diffusées en direct sur son compte Instagram.

The Smile doit son nom à un poème de Ted Hughes. Et selon Yorke, le sourire est ici moins synonyme de joie et de bonheur que de l’hypocrisie de ceux qui nous mentent tous les jours. Si Kid A et Amnesiac ont l’année passée eu droit à leur réédition pour les 21 ans du premier et les 20 ans du second, Radiohead n’a plus sorti d’album studio depuis A Moon Shaped Pool en 2016. Ce qui en fait son plus long silence discographique depuis ses débuts et la parution de Pablo Honey en 1993. Certes, ce n’est pas comme si on avait perdu la trace de ses membres. Thom Yorke a enregistré un album solo et la musique d’un film d’horreur (le remake de Suspiria). Jonny Greenwood a multiplié les bandes originales (Phantom Thread et Licorice Pizza de Paul Thomas Anderson, The Power of the Dog de Jane Campion). Mais le premier album de The Smile est clairement ce qui se rapproche le plus d’un Radiohead.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Ce disque soigneusement travaillé et jusqu’au-boutiste, le trio l’a fait découvrir au compte-gouttes. Jouant la carte du mystère et imposant un embargo sur les critiques jusqu’au 12 mai. Soit la veille de sa sortie. Sortie uniquement digitale puisqu’il ne verra le jour que le 17 juin dans ses déclinaisons physiques. Premier single extrait de l’album (c’était le 5 janvier), You Will Never Work in Television Again est une tuerie. Un morceau nerveux, tendu, qui aurait pu figurer sur OK Computer à côté d’un Paranoid Android. Là où le splendide et déchirant Pana-Vision, emmené par un piano triste et la voix désespérée de Yorke, est apparu début avril et s’est glissé dans l’épisode final de Peaky Blinders.

Produit et mixé par Nigel Godrich, masterisé par Bob Ludwig, A Light for Attracting Attention est un petit bijou. Un bijou qui joue avec les ambiances, s’aventure du côté du math rock (The Opposite), s’offre les cordes du London Contemporary Orchestra et une section complète de cuivres (dans laquelle on retrouve notamment Theon et Nathaniel Cross). I love your Smile…

Le 04/06 à l’Aéronef (Lille), le 25/06 à TW Classic.

Partner Content