Critique | Musique

Critique musique : Burna Boy confirme son statut de star de l’afropop sur Love, Damini

3 / 5
© National
3 / 5

Album - Love, Damini

Artiste - Burna Boy

Genre - Pop

Label - Warner

Laurent Hoebrechts
Laurent Hoebrechts Journaliste musique

«Love, Damini»

Comme l’écrivait récemment Olivier Lamm, dans sa chronique de Love, Damini pour Libération: «l’Occident n’est plus le centre de gravité de la musique qui circule le plus dans le monde.» En l’occurrence, Burna Boy incarne bien ce changement de paradigme. Si, comme on a pu encore s’en apercevoir au festival des Ardentes, son nom a encore du mal à percer par ici, le Nigérian est bien l’une des plus grandes stars de la planète. Un statut que devrait encore renforcer ce nouvel album, son sixième. Certes, sur les 19 (! ) titres proposés, Burna Boy prend plusieurs fois le temps de s’égarer, poussant parfois trop loin le crossover (For My Hand, avec Ed Sheeran). Mais le plus souvent, il peaufine son afropop, colorée au dancehall et au r’n’b (Solid), jusqu’à la rendre assez imparable.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content