Critique | Musique

Beth Orton – Sugaring Seasons

Philippe Cornet
Philippe Cornet Journaliste musique

FOLK | Six ans ont passé depuis Comfort Of Strangers, le temps pour Orton de donner naissance à deux enfants et à ce nouveau disque qui perpétue l’exploration d’un folk majeur.

Beth Orton, Sugaring Season, distribué par Pias. ***

FOLK | Six ans ont passé depuis Comfort Of Strangers, le temps pour Orton de donner naissance à deux enfants et à ce nouveau disque qui perpétue l’exploration d’un folk majeur et, incidemment, de quelques discrets parfums d’electronica (Magpie). Néanmoins, Beth sonne davantage comme la petite nièce de Nick Drake que comme la cousine de William Orbit -partenaire des débuts-, trouvant le plus souvent l’inspiration dans les contreforts de mélodies pastorales (Dawn Chorus). Enregistré et produit à Portland, Oregon, par Tucker Marine, le disque reste relativement dépouillé: même lorsque des cordes, par exemple, rejoignent la voix pure et fissile d’Orton, la grâce demeure (Last Leaves of Autumn). Meilleur morceau: Something More Beautiful.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

En concert le 21/11 au Botanique.

Partner Content