The Soundcarriers – “Wilds”

© National
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Originaire de Nottingham, The Soundcarriers avait disparu de la circulation, ou du moins s’était discrètement assoupi au fond de la classe, en 2014, après avoir fignolé pendant sept ans des disques cinématographiques inspirés par la musique allemande du début des années 70, la pop, le jazz, le tropicalisme, le psychédélisme, la library music ou encore le folk britannique. Si pendant tout ce temps, Leonore Wheatley s’est occupée autrement, au sein de Whyte Horses et du projet néo-disco International Teachers of Pop, c’est le superviseur musical de la série Lodge 49 -l’histoire d’un ex-surfeur californien à la dérive qui essaie de surmonter le décès de son père dans une loge fraternelle- qui a convaincu les Soundcarriers de revenir aux affaires. Après en avoir composé le thème et avoir revisité Scott Walker ( The Seventh Seal), le groupe a commencé à enregistrer de la nouvelle musique loin des studios. Dans une galerie d’art, une école primaire, des maisons et cottages. Souvent comparé à Broadcast et à Stereolab, The Soundcarriers renvoie aussi à Death and Vanilla, Vanishing Twin et à tous ces musiciens qui aiment la pop rêveuse de salles obscures… Wilds sent bon les années 60. Un petit côté Gainsbourg/de Roubaix, french pop et B.O. hexagonales d’époque. Avec sa voix de sirène, ses tubes hallucinogènes et sa spontanéité psyché, ses aspects baroques et ses percées surf, The Soundcarriers a tout pour vous charmer et vous hypnotiser. Neuf chansons pour remplacer l’alcool, les pétards et planer sainement dans son canapé.

© National

Distribué par Phosphonic.

8

Partner Content