La Théorie du Y (saison 3)

© National
Nicolas Bogaerts Journaliste

Pour sa troisième saison, la série qui aiguise le regard sur les questions de genre et la sexualité plurielle s’offre un spin-off. Non loin d’Anna, qui désormais trace sa route, l’attention se porte sur le couple formé par Gaspard (Gaspard Rozenwajn) et Jo (Caroline Taillet). Lorsque le désir de Gaspard pour d’autres hommes fait irruption, ils décident ensemble d’aller y voir de plus près. Déconstruisant les clichés, offrant une existence et un quotidien à la fluidité des genres et des sexes, La Théorie du Y s’avance avec bienveillance sur le terrain exploratoire de ses personnages, documente une réalité vivifiante, y compris dans ses impasses, ses questionnements. Portrait des relations contemporaines ancré à Bruxelles, son propos, choral, inclusif, est ouvert sur le monde. Et normalise de manière touchante des situations qui ne manqueront pas de questionner les représentations, voire de les bousculer. La manière dont est abordée la PMA, troublante mais juste, en est une bonne illustration. En incarnant Jo, Caroline Taillet retourne dans la matière à laquelle elle avait donné corps au théâtre, avant son adaptation sous forme de série. Dans ce nouveau développement de La Théorie du Y, elle offre à son personnage une générosité et une complexité qui percent l’écran, pour toucher au cœur.

Une série créée par Caroline Taillet et Martin Landmeters. Avec Gaspard Rozenwajn, Caroline Taillet, Andrea Romano. Disponible voir sur Auvio, YouTube et Facebook.

7

Partner Content