Guy Verstraeten
Guy Verstraeten Journaliste télé

22.50 LA DEUX

PRÉSENTÉ PAR ALAIN GERLACHE.

De retour sur antenne après la trêve estivale, Alain Gerlache et son équipe d’analystes du paysage médiatique se glissent dans une nouvelle case horaire. Deux fois par mois au lieu d’une, sur La Deux plutôt que sur La Une, 40 minutes plutôt que 65.

Avec ce changement de format, la RTBF ne vous donne-t-elle pas d’une main ce qu’elle vous reprend de l’autre?

Il n’est pas de ma responsabilité de savoir quand et où l’émission passera. Mais à tout prendre, le fait d’avoir un rythme plus régulier me semble mieux que de passer une fois par mois à horaire variable. Ceci dit, on se dirige de plus en plus vers une consommation à la demande: on sera la première émission de la RTBF à être d’abord disponible sur le Net, avant même d’être diffusée en télévision. C’est une tendance qui devrait se généraliser. J’appelle d’ailleurs l’émission que nous faisons de la « webtélé ».

Une émission comme Intermédias est plus que jamais opportune, voire urgente, dans le contexte audiovisuel actuel?

Certaines évolutions médiatiques sont inéluctables. Et d’un point de vue personnel, j’ajouterais même souhaitables. L’accessibilité à l’information, le partage avec le public est plus important. Mais ces évolutions ne doivent pas être confisquées par les télévisions ou par les grands groupes et gouvernements auxquelles elles appartiennent. Notre responsabilité est de discuter avec le public, de l’informer sur ce qui se diffuse, mais également de l’écouter nous informer sur ce qu’il voit. Quand j’étais journaliste politique, j’étais à la man£uvre: aujourd’hui, les choses ont changé, quand je parle à la radio, à la télévision ou sur le Net, il y a toujours quelqu’un qui connaît mieux le sujet que moi à l’autre bout du média. Nous sommes donc plus que jamais des médiateurs qui doivent permettre aux gens de réfléchir ensemble sur ce qui est en train de se passer.

En tant que secrétaire général de la Communauté des télévisions francophones, y a-t-il des évolutions médiatiques qui vous enthousiasment, d’autres qui vous effraient?

Il y a plein de choses qui m’inquiètent et qui m’excitent, souvent en même temps d’ailleurs: les innovations ne sont pas bonnes ou mauvaises en soi. Le Web 2.0 implique plus de partage, d’échange: mais quand je vois les dérives de certains forums, notamment ceux des journaux dits sérieux, je me demande comment faire évoluer ça dans la bonne direction. l

Guy Verstraeten

Partner Content