Qu’allons-nous devenir, en tant qu’espèce? L’obsolescence nous frappera-t-elle un jour au profit de créatures plus évoluées? David Cronenberg posait récemment la question dans Les Crimes du futur, où apparaissait un homo sapiens 2.0 adapté à son environnement pollué. Le transhumanisme 100% bio, produit d’une mutation naturelle. Dans Darwin’s Incident, c’est la science qui force l’évolution. Derrière les portes blindées d’un labo californien naît un hybride mi-chimpanzé mi-humain: un «humanzee», cocktail génétique réunissant force, instinct, intelligence. Il sera baptisé Charlie et adopté par un couple. Quinze ans passent. Bébé Charlie est devenu ado et entre au lycée. Comme chez Cronenberg, la nouvelle espèce attire l’attention – et l’hostilité – de «l’ancienne souche», mais l’hybride s’en moque. Jusqu’à ce qu’un groupe de terroristes antispécistes s’en mêle et cherche à le transformer en égérie de gré ou de force… Précédé d’une réputation flatteuse (plusieurs prix prestigieux au Japon), Darwin’s Incident est la nouvelle série d’un vétéran encore jamais publié en français. Mélange de thriller musclé et de réflexion existentielle, l’œuvre se montre aussi hybride que son héros et brille par l’écriture de celui-ci, d’une finesse inattendue. Outsider ingénu mais clairvoyant, Charlie offre une perspective neuve sur l’humain, questionnant les évidences et les acquis. Ses regards sont bouleversants, sa mélancolie palpable, son amitié avec une camarade de classe touchante. En comparaison, les personnages humains paraissent bien caricaturaux (mention spéciale au bad guy grotesque), comme une preuve que Charlie nous est en effet supérieur et qu’il y a beaucoup à apprendre du monde animal… Déjà l’un des mangas de l’année, dont le tome 2 est attendu pour cet automne.

De Shun Umezawa, éditions Kana, 192 pages.

8

Partner Content