Critique

[Le nanar de la semaine] Climax: vanité, stupidité et médiocrité

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

NON-FILM | Gaspar Noé n’a jamais été un cinéaste de la suggestion…

[Le nanar de la semaine] Climax: vanité, stupidité et médiocrité

En ouverture de Climax, nouveau film-trip(es sur la table) qui envoie une troupe de jeunes danseurs en week-end claustro arrosé à la sangria droguée, il liste lui-même ses influences: Un chien andalou, Salò, La Maman et la Putain, Suspiria… Rien que ça. Comble de la lourdeur et de la prétention: ce gigantesque drapeau bleu-blanc-rouge présidant à l’affaire, et insinuant avec la subtilité monstre chère à Noé que sous les gesticulations chorégraphiées censées figurer le paradis et l’enfer (dieu, que c’est embarrassant…) pointe un sous-texte politique qui en dit long sur la France d’aujourd’hui. La devise du film? Vanité, stupidité, médiocrité.

De Gaspar Noé. Avec Sofia Boutella, Romain Guillermic, Souheila Yacoub. 1h35. Sortie: 21/11. °

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content