Ils valent quoi, les cinq nouveaux albums de Sault ?

© National
Laurent Hoebrechts
Laurent Hoebrechts Journaliste musique

Le collectif soul londonien balance cinq nouveaux albums, slalomant entre les genres, mais portés par un même élan spirituel.

Noël avant l’heure! Début novembre, Sault postait un message pour annoncer la livraison de pas moins de cinq nouveaux albums. Le tout disponible gratuitement pendant cinq jours seulement, via un lien Dropbox et un mot de passe (à peine) caché dans l’annonce: “godislove”. Même de la part d’un groupe qui a habitué à la profusion -six albums enchaînés depuis 2019- et aux sorties iconoclastes -l’an dernier, Nine n’était resté disponible que 99 jours sur les plateformes-, la manœuvre a surpris. Entre-temps, Untitled (God), Today & Tomorrow, Aiir, Earth et 11 ont heureusement trouvé le chemin des services de streaming, et sont disponibles également en vinyles. De quoi répandre au plus grand nombre la bonne parole d’un groupe qui dévoile petit à petit ses cartes.

Si Sault ne donne toujours ni interview ni photo de presse, il ne fait aujourd’hui plus mystère que le collectif soul londonien tourne autour du producteur Inflo, accompagné de la chanteuse Cleo Sol et de la rappeuse Little Simz. Mieux: Sault a laissé entendre qu’il monterait prochainement pour la première fois sur scène au festival Primavera, à Barcelone…

De ces cinq nouvelles galettes, Aiir se pose comme la suite de… Air, paru au printemps, deux albums sur lesquels Sault donne libre cours à ses fantasmes de B.O. symphonique, avec une musique instrumentale remplie de chœurs élégiaques. De son côté, Earth ramène percussions africaines (Soul Inside My Beautiful Imagination), rythme samba (Power) et chant en portugais (God Is in Control), tissant un pont entre les deux rives de l’Atlantique noir. Il est une preuve supplémentaire de la volonté de Sault de brasser large. Avec Today & Tomorrow, le collectif propose par exemple des guitares plus rock -acid (Run), punk (The Plan), rappelant même éventuellement Radiohead (The Return). Sur 11 et la suite de la série Untitled(God), ce sont principalement la soul, le funk, le jazz (la guitare de Colour Blind, avec Michael Kiwanuka) et le hip-hop qui irriguent les morceaux, dominés par un désir de spiritualité omniprésent.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

La quantité tient-elle le cap du contrôle qualité? Après tout, Sault a un tel abattage qu’il pourrait donner à certains la sensation de produire à la chaîne une soul produit blanc. Impression éventuellement renforcée par son anonymat revendiqué, et sa tendance à choisir des titres génériques –Free, par exemple, sur lequel apparaît Little Simz, était déjà le titre d’un morceau sorti en 2020, sur l’album Untitled (Rise)… Pourtant, il est difficile d’y dénicher le moindre remplissage. Sault se permet des parenthèses (l’interlude Rafael’s Prayer) et des digressions (la pop de God in Disguise), mais sans jamais briser son discours à la fois politique et rassembleur.

Les notes des 5 albums

Untitled (God) – 8

“Today & Tomorrow” – 7

“Earth” – 7

“11” – 8

“Aiir” – 6

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content