En mal d'enfant, Pierre et Géraldine ont décidé d'adopter. Leur quête aussi déterminée qu'ardue les mène au Cambodge, pays où ils espèrent trouver leur bonheur, et faire celui d'un bébé orphelin. Le couple venu de France n'aura pas la tâche facile. Car leur recherche sera difficile, malgré les promesses qui leur ont été faites. Le tour des orphelinats fera alterner espoirs et déceptions, les relations avec les administrations (tant française que cambodgienne) ne seront pas non plus trop aisées. Et au danger de trafics odieux, proposant cyniquement des enfants non adoptables, s'ajoutera celui des escroqueries pures et simples...

Bertrand Tavernier, touché par la question de l'adoption, a voulu recréer par le biais de la fiction un parcours réaliste comme nombre de couples peuvent en vivre vraiment. Sa propre fille Tiffany a opéré les recherches et rédigé le scénario d'un film très attachant, où l'on voit Pierre et Géraldine aller d'enthousiasme en désespoir, croyant toucher au but pour retomber encore plus brutalement dans le manque. De quoi soumettre aussi leur relation à un test extrême.

Isabelle Carré et Jacques Gamblin jouent avec un engagement et une vérité absolument remarquables. Cela dit, le propos dramatique de Holy Lola ne vise que l'adoption via la filière libre, et pas celle passant par les quelques organismes reconnus comme il y en a en Belgique, et qui évitent aux futurs parents de vivre les mésaventures évoquées par le film.

Holy Lola, 20.40 sur Arte.
Comédie dramatique de Bertrand Tavernier, avec Isabelle Carré, Jacques Gamblin, Bruno Putzulu. 2003.

Louis Danvers

En mal d'enfant, Pierre et Géraldine ont décidé d'adopter. Leur quête aussi déterminée qu'ardue les mène au Cambodge, pays où ils espèrent trouver leur bonheur, et faire celui d'un bébé orphelin. Le couple venu de France n'aura pas la tâche facile. Car leur recherche sera difficile, malgré les promesses qui leur ont été faites. Le tour des orphelinats fera alterner espoirs et déceptions, les relations avec les administrations (tant française que cambodgienne) ne seront pas non plus trop aisées. Et au danger de trafics odieux, proposant cyniquement des enfants non adoptables, s'ajoutera celui des escroqueries pures et simples... Bertrand Tavernier, touché par la question de l'adoption, a voulu recréer par le biais de la fiction un parcours réaliste comme nombre de couples peuvent en vivre vraiment. Sa propre fille Tiffany a opéré les recherches et rédigé le scénario d'un film très attachant, où l'on voit Pierre et Géraldine aller d'enthousiasme en désespoir, croyant toucher au but pour retomber encore plus brutalement dans le manque. De quoi soumettre aussi leur relation à un test extrême. Isabelle Carré et Jacques Gamblin jouent avec un engagement et une vérité absolument remarquables. Cela dit, le propos dramatique de Holy Lola ne vise que l'adoption via la filière libre, et pas celle passant par les quelques organismes reconnus comme il y en a en Belgique, et qui évitent aux futurs parents de vivre les mésaventures évoquées par le film. Holy Lola, 20.40 sur Arte. Comédie dramatique de Bertrand Tavernier, avec Isabelle Carré, Jacques Gamblin, Bruno Putzulu. 2003.Louis Danvers