Cette semaine, j'ai relu La Plaisanterie de Milan Kundera et j'ai regardé Sticks & Stones, le plus récent "special" enregistré par Dave Chappelle pour Netflix. Ça n'a, a priori, aucun rapport. Le roman date de 1967 et évoque les mésaventures de Ludvik Jahn, un militant communiste qui voit sa vie considérablement partir en saucisse suite à l'envoi d'une blague sur une carte postale: "l'optimisme est l'opium du genre humain! L'esprit sain pue la connerie! Vive Trotski!" Suite à cette petite plaisanterie, il se retrouve exclu du Parti, renvoyé de l'université et passe plusieurs années à la mine, littéralement. Ça ne rigole donc pas. C'est une évocation glaçante de la vie dans le bloc communiste des années 50/60. Disponible depuis fin août, Sticks & Stones est quant à lui un spectacle de stand-up ultra-contemporain où Dave Chappelle, superstar du genre, se moque du suicide d'Anthony Bourdain, des victimes de Michael Jackson, des transsexuels, de la crise des opioïdes, des tueries de masse, des LGBTQ+ et des indignés de réseaux sociaux. C'est un peu longuet, souvent lourdingue, plus rarement brillant, résolument trash et ça rigole malgré tout pas mal, du moins si on aime l'humour transgressif et potache comme il en a toujours existé, comme il s'en pratique tous les soirs dans tous les bars du monde. De l'humour tel qu'on se le partage aussi sur l'oreiller, en cuisine, dans les vestiaires, le temps de barbecues et de longs trajets sur autoroutes. De la vanne provoc, du chambrage cathartique, du pur "shit talking". Et pas...