Cette semaine, j'ai lu White de Bret Easton Ellis. J'ai trouvé ce livre plutôt sympathique et drôle, mais certainement pas important, ni osé, ni éclairé, ni même politiquement chargé. Comme l'a très bien résumé un ami, c'est juste "l'équivalent littéraire d'une bonne soirée au bistrot du coin." Il ne faut en effet pas croire ce qu'en disent les médias: White n'est pas sulfureux, White n'est pas polémique. À vrai dire, j'ai même plus d'une fois durant sa lecture douté que White était vraiment un essai et pas un nouveau roman d'Ellis faussement présenté comme de la non-fiction, tout comme Lunar Park était une fausse autobiographie devenant au fil des pages une fantaisie d'horreur. C'est qu'à force d'y lire l'avis un peu pinpon de BEE sur des célébrités aussi kitsch que Charlie Sheen, Kanye West, Richard Gere, Sky Ferreira, les Bangles et Donald Trump, White m'a surtout fait penser aux passages d'American Psycho où Patrick Bateman délire sec sur ses disques de Huey Lewis & The News, de Phil Collins et de Whitney Houston.
...