Sous la houlette de David S. Goyer (scénariste de Batman Begins et The Dark Knight) pour Apple TV+, Foundation conserve l'ossature et les éléments clés d'une saga littéraire culte de la SF rédigée sur plusieurs décennies et longtemps tenue pour inadaptable. Une fiction dont la chronologie séculaire décline une multitude de personnages plus ou moins archétypaux, et qu'elle ramasse en dix épisodes qui montent en puissance narrative malgré leur relatif hermétisme cosmique.
...

Sous la houlette de David S. Goyer (scénariste de Batman Begins et The Dark Knight) pour Apple TV+, Foundation conserve l'ossature et les éléments clés d'une saga littéraire culte de la SF rédigée sur plusieurs décennies et longtemps tenue pour inadaptable. Une fiction dont la chronologie séculaire décline une multitude de personnages plus ou moins archétypaux, et qu'elle ramasse en dix épisodes qui montent en puissance narrative malgré leur relatif hermétisme cosmique. L'acteur Jared Harris est décidément à l'aise en scientifique porteur de mauvaise nouvelle. Après Tchernobyl, le voilà en Hari Seldon, mathématicien dont le modèle d'analyse, appelé Psychohistoire, permet d'entrevoir le devenir de l'Univers. Sur ce dernier règne l'Empire, depuis la planète Trantor, capitale technologiquement avancée mais politiquement archaïque. Comme pour mieux figurer l'absolutisme divin, Goyer a choisi de remplacer l'entité abstraite et terne de l'Empereur imaginée par Asimov par une trinité d'Empereurs clonés: le Frère au Grand Jour, gouvernant faisant office (Lee Pace), Le Frère au soir et le Frère à l'Aurore, émanations respectivement plus âgée et plus jeune du premier. La tension entre l'autorité temporelle et la science est palpable quand arrive Gaal Dornick (Lou Llobell), qui a quitté sa planète aux coutumes ancestrales pour intégrer l'équipe de Seldon. Enfin, dans un espace-temps lointain, émerge la figure légendaire de Salvor Hardin (Leah Harvey) sur une planète hivernale et semi-désertique qui a tout de l'arche de Noé post-apocalypse. Toutes et tous sont reliés par un événement que la science prototypique de Seldon a prédit: l'effondrement imminent de l'empire galactique, inaugurant 30 000 ans de chaos que seule une mission sur la planète Terminus susmentionnée, abritant une Fondation qui préserverait le vivant, pourrait ramener à une portion congrue d'un millénaire. Les dix épisodes de Foundation relient ces deux arches temporelles dans les méandres de considérations philosophiques et politiques sur les mérites et les limites de la raison, le pouvoir qu'elle induit et les dérives de l'autocratie, de passions amoureuses ou égotiques, de splendides images et des scènes d'action aussi impressionnantes que parcimonieuses. La tension entre le maniement des concepts et le développement de personnages attachants, la menace constante de coups de théâtre font le liant d'un space opera monumental et intelligent. L'histoire d'un pouvoir malade de sa propre arrogance, mais qui chancelle sous l'évidence d'une fin programmée.