Depuis deux semaines, tandis que le mouvement Black Lives Matter agite les États-Unis et secoue le monde en militant contre le racisme systémique à l'encontre de la population noire, la RTBF met en lumière, à coups de documentaires et d'archives, les liens tumultueux entre les deux pays. Alors que le vendredi 26 juin, Patrick Weber, Julie Morelle et Cécile Djunga croisent les regards pour raconter les 60 printemps du Congo indépend...

Depuis deux semaines, tandis que le mouvement Black Lives Matter agite les États-Unis et secoue le monde en militant contre le racisme systémique à l'encontre de la population noire, la RTBF met en lumière, à coups de documentaires et d'archives, les liens tumultueux entre les deux pays. Alors que le vendredi 26 juin, Patrick Weber, Julie Morelle et Cécile Djunga croisent les regards pour raconter les 60 printemps du Congo indépendant dans Le Temps d'une histoire sur La Une, la Trois propose ce lundi une remarquable soirée à la fois politique, sociétale et musicale. Pour l'entamer, il y a déjà le formidable Décolonisations. À ne manquer sous aucun prétexte, cette remarquable série documentaire en trois parties raconte 150 ans de combat aux quatre coins du monde contre la domination et l'exploitation. Dit par Reda Kateb (Un prophète, Le Chant du loup...), le premier épisode évoque notamment la chambre à air, qui a fait exploser la demande en caoutchouc au grand bonheur de Léopold II, l'esclavage, la terreur, les meurtres et les mutilations. Le premier scandale humanitaire de l'Histoire contemporaine. Porté par la voix d'Abd Al Malik, Sauvages, au coeur des zoos humains racontera dans la foulée les destins de six exhibés. Ces hommes, ces femmes et ces enfants qui furent exposés comme des animaux que ce soit en Europe, en Amérique ou au Japon. Le Ministre des poubelles de Quentin Noirfalisse tire pour sa part le portrait d'Emmanuel Botalatala. Cet artiste aux mains agiles et aux jambes déformées par la polio crée des tableaux à partir des déchets vomis chaque jour par Kinshasa et veut créer un centre culturel pour sauvegarder son oeuvre. Si le podcast Diasporama lancé par la RTBF et son média urbain Tarmac donne la parole à des jeunes de 16 à 24 ans issus de la diaspora congolaise, c'est un documentaire inédit qui viendra ponctuer cette soirée. Réalisé par Benjamin Viré et Tom Vantorre, Bakolo Music International raconte l'un des plus illustres représentants de la rumba congolaise. Un groupe mythique né au plus profond du chaos kinois.