À Marseille, les travaux broient l'esprit villageois de la cité sans pour autant résoudre la misère. Tandis qu'un projet de route menace de défigurer la butte Bellevue, le journaliste Philippe P...

À Marseille, les travaux broient l'esprit villageois de la cité sans pour autant résoudre la misère. Tandis qu'un projet de route menace de défigurer la butte Bellevue, le journaliste Philippe Pujol est parti y filmer son premier documentaire. Brassée par l'immigration comorienne, maghrébine et capverdienne (là-bas, ils l'appellent la Cosmopolitanie), la Butte est l'un des quartiers les plus pauvres de France, voire d'Europe. Les commerces ont disparu. Les nouveaux appartements jouxtent les immeubles délabrés. "Pire qu'une cellule", disent ceux qui savent ce que c'est. Mais la rue vit. Les gosses y jouent. Les ados y rappent. Les adultes s'y tracassent. Pujol suit à la fois les petits qui jouent dans les caniveaux et les grands cabossés par la dureté du quotidien. Il donne à voir un quartier où l'on croise rarement la police et raconte une bétonisation de l'espace qui saccage le bien-vivre...