La jeune réalisatrice coréenne Sung-A Yoon signe un deuxième long métrage documentaire d'une forme et d'une intensité plutôt inédites. Inspirée par les travaux d'une sociologue philippine travaillant sur la formation des aides mé...

La jeune réalisatrice coréenne Sung-A Yoon signe un deuxième long métrage documentaire d'une forme et d'une intensité plutôt inédites. Inspirée par les travaux d'une sociologue philippine travaillant sur la formation des aides ménagères et des nounous quittant le pays pour aller travailler à l'étranger, elle a posé sa caméra dans un incroyable lieu parfaitement huilé et institutionnalisé. Sous le regard approbateur de leur gouvernement, les Philippines envoient massivement une partie de leurs femmes travailler à l'étranger pour des contrats de deux ans. Ce travail domestique, parfaitement invisible et genré, est enseigné dans des centres de formation qui instaurent un jeu de rôle malsain: préparant les candidates au départ aux tâches quotidiennes, du ménage au bain du bébé, ils les propulsent également dans les situations de maltraitances et d'abus qu'elles devront affronter. Ces saynètes d'un quotidien de peine et de domination, filmées avec une extrême candeur, placent le documentaire aux frontières de la fiction et éclairent les aliénations de la servitude moderne.