"Je sais que je ne suis pas immortel mais je ne veux tout simplement pas vivre avec l'idée que je vais mourir n'importe quand et que rien n'a de sens." Au début et à la fin de ce documentaire réalisé par Helena Trestikova et Jakub Hejna, Milos Forman, adulte, court dans des herbes hautes co...

"Je sais que je ne suis pas immortel mais je ne veux tout simplement pas vivre avec l'idée que je vais mourir n'importe quand et que rien n'a de sens." Au début et à la fin de ce documentaire réalisé par Helena Trestikova et Jakub Hejna, Milos Forman, adulte, court dans des herbes hautes comme le ferait un gamin. La quête de liberté a toujours habité ce précurseur cinématographique du printemps de Prague. Forman a amorcé dans les années 60 l'émergence de la Nouvelle Vague tchécoslovaque avant de devenir une des figures en vue d'Hollywood. Marchant sur les Oscars avec Vol au-dessus d'un nid de coucou mais aussi Amadeus tourné à Prague sous la surveillance des indics. "La liberté, c'est quand on peut douter de sa réalité haut et fort", disait le réalisateur disparu en 2018. S'étalant sur plus de 40 ans, raconté à la première personne par Forman lui-même en anglais et en tchèque, ce documentaire retrace la vie et la carrière d'un homme dont les parents ont été tués dans les camps. Celle d'un cinéaste profondément inspiré par ce néoréalisme italien qui montrait de vrais gens à l'écran. Forman partage sa vision libre du monde et du cinéma, se souvient de son arrivée en Amérique pour un film sur les hippies (Taking Off), de sa vie au Chelsea Hotel mais aussi de son film sur Larry Flint dont le vrai héros est pour lui la Cour suprême des États-Unis. Freedom!