"Pour moi, il n'y aura aucun problème. C'est pour ceux qui restent. Moi, d'un coup de baguette magique si je puis dire ainsi, et pouf: tout s'éteint. Plus de souffrance." Ils sont en fin de vie, au bout du rouleau, rongés par la maladie. Ils ont mal, très mal. Ils veulent mettre fin à leurs jours et qu'on les y aide. En 2002, le Parlement belge adoptait une loi sur le droit des patients à disposer d'eux-mêmes et à deman...

"Pour moi, il n'y aura aucun problème. C'est pour ceux qui restent. Moi, d'un coup de baguette magique si je puis dire ainsi, et pouf: tout s'éteint. Plus de souffrance." Ils sont en fin de vie, au bout du rouleau, rongés par la maladie. Ils ont mal, très mal. Ils veulent mettre fin à leurs jours et qu'on les y aide. En 2002, le Parlement belge adoptait une loi sur le droit des patients à disposer d'eux-mêmes et à demander une euthanasie. Dans la foulée, certains hôpitaux ont ouvert une consultation de fin de vie. Les patients s'y rendent sur le conseil de leur médecin. La loi l'exige. Ils doivent être éclairés par un second avis médical avant de prendre leur décision en toute conscience et connaissance de cause. Après avoir lu La Mort choisie: comprendre l'euthanasie et ses enjeux publié en 2013 par le docteur François Damas, titulaire de ces consultations au CHR de la Citadelle à Liège, Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune sont parties à sa rencontre. C'est lui, crâne dégarni, lunettes rondes, regard bienveillant, parole franche, voix calme et rassurante, que les deux réalisatrices suivent dans ce documentaire à la force incroyablement tranquille et dans ces moments bouleversants pourtant empreints de joie. Qu'est-ce qui motive leur décision? Qu'en pense leur médecin traitant? Leur entourage est-il au courant? Les mêmes questions reviennent systématiquement sur le tapis. Les patients, ces gens vieux mais pas tout le temps pour qui l'existence est devenue un fardeau, se rendent dans le cabinet du médecin avec un membre de leur famille ou un ami. Ils attendent son approbation et construisent avec lui leur scénario de fin de vie. Il faut voir les sourires poindre, les regards briller pour comprendre ce que ces malades endurent et cerner la délivrance que signifiera la fin. Pudiques et discrètes, les deux réalisatrices filment à juste distance ces discussions déchirantes, les réunions mensuelles du corps médical et captent même, avec beaucoup d'intelligence et de finesse, une euthanasie. À voir absolument.