Vie dissolue et tête à l'envers... Dans le cercle pas si fermé qu'on peut l'imaginer des légendes sportives et festives, le football a eu George Best et Paul Gascoigne (sacré Anglais). Mais la boxe, elle, a eu l'éléga...

Vie dissolue et tête à l'envers... Dans le cercle pas si fermé qu'on peut l'imaginer des légendes sportives et festives, le football a eu George Best et Paul Gascoigne (sacré Anglais). Mais la boxe, elle, a eu l'élégant Panama Al Brown. Un athlète qui fumait de l'opium, ne buvait que du champagne (il a même fini par s'en enfiler entre les rounds) et brûlait sa vie dans la nuit parisienne. En 1937, Panama, qui n'est pas très porté sur les femmes, combat des adversaires imaginaires dans une petite salle de Montmartre. Il y rencontre Jean Cocteau. Le documentaire de François Lévy-Kuentz raconte l'amitié singulière entre un poète blanc et un boxeur noir, mais permet surtout de découvrir l'hallucinant parcours de ce champion à l'incroyable allonge (129 victoires en 20 ans sans avoir été mis au tapis), qui a connu les lynchages de boxeurs noirs dans l'Amérique ségrégationniste, a dansé dans la Revue nègre de Josephine Baker et a été trahi par son soigneur qui l'a drogué avant un combat. Chaos technique...