La soixantaine, Julia (Julia Ormond) tombe amoureuse de Benjamin (Ben Barnes), un journaliste d'une trentaine d'années rencontré alors qu'elle traînait, dans les salles du British Museum, sa tristesse d'un anniversaire copieusement sn...

La soixantaine, Julia (Julia Ormond) tombe amoureuse de Benjamin (Ben Barnes), un journaliste d'une trentaine d'années rencontré alors qu'elle traînait, dans les salles du British Museum, sa tristesse d'un anniversaire copieusement snobé par ses enfants. Ceux-ci vont soudainement se réveiller de leur léthargie et questionner les motivations, d'après eux vénales, du prétendant. La bluette va alors prendre les contre-allées du thriller pour se révéler en récit à tiroirs et révélations. Julia Ormond, que l'on avait peu vue ces temps avant un retour surprenant dans The Walking Dead: World Beyond (2020), est formidablement touchante. Le récit, lui, est plutôt attendu. Il explore bien mieux, certainement, les thèmes du désir et de la sexualité assignées aux femmes de 60 ans et plus. La gestion temporelle, qui use des flash-back comme d'un appeau, ainsi que la photographie un peu trop téléfilm font souvent déraper une série dont l'architecture, tout en tension et en déconstruction, mérite bien plus que les habituels gimmicks du genre.