Hitchcock est à son apogée dans les années 50. Une période de grâce où il enchaîne les sommets de L'Inconnu du Nord-Express à Psychose en passant par Le crime était presque parfait, La Main au collet, L'homm...

Hitchcock est à son apogée dans les années 50. Une période de grâce où il enchaîne les sommets de L'Inconnu du Nord-Express à Psychose en passant par Le crime était presque parfait, La Main au collet, L'homme qui en savait trop, Sueurs froides et La Mort aux trousses. Excusez du peu! Fenêtre sur cour est une des plus belles perles de cette décennie fabuleuse. James Stewart y joue un photographe de presse qu'un accident a confiné chez lui, avec une jambe dans le plâtre. De la fenêtre de son appartement, largement ouverte pour cause de chaleur estivale, il observe le voisinage et plus particulièrement le manège d'un homme habitant l'immeuble situé à l'arrière du sien. Un homme qu'il va soupçonner d'avoir tué sa femme. Grace Kelly, en petite amie du héros, va se mêler au suspense qui s'ensuit. De quoi faire un thriller maîtrisé et générant une angoisse communicative. Un grand film, par le numéro 1 du genre.