D'Albi à Sydney, Berlin ou New York, l'observation des changements de comportements et mutations génétiques de certaines espèces a quelque chose de fascinant. Les pollutions lumineuses, sonores et plus largement envi...

D'Albi à Sydney, Berlin ou New York, l'observation des changements de comportements et mutations génétiques de certaines espèces a quelque chose de fascinant. Les pollutions lumineuses, sonores et plus largement environnementales de nos métropoles amènent des poissons, des oiseaux, des souris ou des pissenlits à s'adapter, muter. Un phénomène qui s'étale sur une poignée de décennies, alors que Darwin l'avait théorisé sur plusieurs millénaires. Les biologistes, généticiens, botanistes, biochimistes interrogés, ainsi que leurs champs d'études, sont passionnants. Ils permettent une visualisation de cette zone de contact poreuse entre activité humaine et continuité du vivant. Mais le ton général du documentaire, avec la ville et sa tentation tentaculaire pour horizon indépassable, donne l'impression de considérer ces animaux et végétaux comme une parenthèse et une anomalie miraculeuses, voire un débouché pour les sociétés de manipulation génétique. Terriblement naïf ou simplement cynique.