Il a pas l'air comme ça, avec son sourire en permanence au coin des lèvres et son français volontairement approximatif. Mais Jamel Debbouze, devenu producteur, emploie seize personnes à temps plein dans trois sociétés. Une grosse responsabilité pour un humoriste sur-occupé. En décembre 2017, ap...

Il a pas l'air comme ça, avec son sourire en permanence au coin des lèvres et son français volontairement approximatif. Mais Jamel Debbouze, devenu producteur, emploie seize personnes à temps plein dans trois sociétés. Une grosse responsabilité pour un humoriste sur-occupé. En décembre 2017, après six ans d'absence sur les planches, Jamel renouait avec la scène. Produit par sa femme Mélissa Theuriau, ce documentaire qui a été tourné pendant l'année précédant son retour aux affaires dévoile les ressorts intimes de la création d'un spectacle, le processus plus ou moins magique de la gestation. Depuis la tournée d'écriture Jamel improvise organisée dans de petites salles roots comme le Cargo à Arles jusqu'à la première de son nouveau spectacle à La Cigale en passant par le festival Marrakech du rire qu'il a lui-même initié et le tournage à Ouarzazate d' Alad'2, Jean-Thomas Ceccaldi (Ma vie zéro déchet, La Juge et les Lascars) raconte les doutes, les coups de mou, l'importance de la famille, la défense des plus faibles et des minorités (Arabes, Blacks, homosexuels...). On croise Mohamed Hamidi (co- auteur et metteur en scène) et Django, "deux anciennes cailleras" qui lui sont nécessaires dans le processus d'écriture. Puis aussi un préparateur physique. Cardio, muscu, régime... Jamel vieillit, c'est pas de la blague. L'occasion de découvrir quelques facettes inattendues du personnage.