Quand il l'a embauché pour Lola, une femme allemande, Fassbinder disait qu'il avait trouvé un comédien de RDA qui ressemblait à Robert Redford mais jouait beaucoup mieux que lui. Armin Mueller-Stahl a tourné dans près de 140 films et fut l'un des rares acteurs teutons à convaincre Hollywoo...

Quand il l'a embauché pour Lola, une femme allemande, Fassbinder disait qu'il avait trouvé un comédien de RDA qui ressemblait à Robert Redford mais jouait beaucoup mieux que lui. Armin Mueller-Stahl a tourné dans près de 140 films et fut l'un des rares acteurs teutons à convaincre Hollywood. Il est devenu célèbre au milieu des années 70 grâce à un rôle d'espion inspiré par James Bond (la série Das Unsichtbare Visier), a tout laissé tomber et relancé sa carrière de l'autre côté du mur quand l'ingérence de l'État est devenue trop prégnante, puis, sur le tard, s'en est allé tenter sa chance à Los Angeles. "Était-ce idiot de partir en Amérique à plus de 60 ans quand on ne parle pas anglais? En tout cas, c'était un grand saut", dit-il. Ses commentaires se joignent à ceux de Costa-Gavras (qui l'a dirigé dans Music Box), de Jeremy Irons (qui lui a notamment donné la réplique dans le Kafka de Soderbergh) et d'un ancien directeur de la Berlinale. Ils racontent très sobrement un homme intelligent, courtois et discipliné. Un comédien, peintre, chanteur, musicien et écrivain à la voix fabuleuse qui s'est imposé de l'autre côté de l'Atlantique grâce à des rôles de composition. Celui d'un ancien clown d'Allemagne de l'Est qui ne savait pas conduire devenu chauffeur de taxi à New York dans Night on Earth de Jim Jarmusch est à jamais inscrit dans l'Histoire du cinéma indépendant...