Tout sur Wallonie

Covid-compatibles et à l'épreuve des intempéries, les spectacles son et lumière en plein air de Tour des sites se déploient cet été à travers la Wallonie, pour mettre en avant certaines perles de son patrimoine.

Après presque deux saisons de concerts annulées à cause du Covid, la musique live reprend doucement des couleurs et on se pose légitimement la question d'un "vrai" retour aux affaires, et pas seulement au sein de nos frontières. On a fait le point avec quatre professionnels du milieu: Wallonie-Bruxelles Musiques, Liveurope, Aubergine et Verdur.

Après l'annulation des festivals Graspop et Rock Werchter ainsi que le report de Tomorrowland au nord du pays, les festivals francophones de musique sont toujours dans l'inconnu quant à leur avenir proche. Fondée dans le contexte de la crise, la fédération des festivals de musique Wallonie-Bruxelles (FFMWB) demande aux autorités d'apporter rapidement la clarté dont le secteur a besoin.

On a parfois l'impression que la seule manière d'avoir le plaisir de voir des artistes, des comédiens, des peintres, des poètes ces derniers temps, ce n'est plus qu'à l'occasion des mouvements de revendication... Trois épisodes ont déjà eu lieu et si un quatrième, prévu ce samedi, est nécessaire, c'est parce que les trois premiers n'ont pas rencontré l'objectif espéré.

Dans le secteur oublié de la culture, il y a "les oubliés des oubliés". Tous les jours, des centaines d'artistes, de techniciens et techniciennes qui n'ont reçu aucune aide et vivent avec de très faibles revenus témoignent de la détresse sociale dans laquelle ils sont plongés depuis un an. Une situation inadmissible qui concerne des milliers de travailleurs et travailleuses de la culture en Wallonie. Cela doit changer.

500 organisations artistiques et socioculturelles des quatre coins du pays, principalement de Bruxelles et de Wallonie, ont signé cette carte blanche qui remet en question le sort fait à la culture dans la gestion de l'épidémie de Covid-19.