Tout sur Thibaud Croisy

Quand le confinement est devenu réalité le 18 mars dernier, un sentiment de panique et d'effroi s'est propagé comme une traînée de poudre dans la population. Avec plus ou moins d'intensité, chacun s'est mis à redouter cette expérience inédite du vide et du silence que l'on associe instinctivement à la réclusion. Une crainte viscérale qui a d'ailleurs poussé certains à remplir dans l'urgence leurs frigos et leurs placards pour conjurer symboliquement la peur du manque.