Tout sur Théâtre National

La culture souffre depuis le début de la crise sanitaire. Même si rien n'est réglé et que certains pans entiers du secteur sont toujours à l'arrêt, on ne va pas bouder son plaisir de voir arriver dans les prochaines semaines un contingent de nouveaux spectacles. Tour d'horizon.

Le Théâtre National, situé boulevard Emile Jacqmain à Bruxelles, annonce vendredi avoir obtenu de la Ville une dérogation qui ouvre les jauges de ses salles. L'information est confirmée par le cabinet de l'échevine de la Culture Delphine Houba. Cette dernière est occupée à s'entretenir, aux côtés du bourgmestre Philippe Close, avec les directions de quelque 29 grands lieux culturels pour discuter de la possibilité de déroger à la limitation des 200 spectateurs en raison du covid-19.

Derniers représentants de leur "espèce", les ultimes trois comédiens résidents permanents du Théâtre National tirent leur révérence -pas leur retraite!-, le temps d'une ultime balade poétique dans la ville, Bruxelles, qui les a applaudis.

En parallèle à la création mondiale de l'opéra de Mark Grey, la compagnie Karyatides présente à la Monnaie une version de chambre de Frankenstein, mêlant habilement théâtre d'objet et chant lyrique.

Le Choeur d'Ali Aarrass, mis en scène par Julie Jaroszewski, donne une voix, à travers celle d'une vingtaine de femmes, à un homme prisonnier, citoyen belgo-marocain que la Belgique n'a pas aidé. Et offre en passant un fameux cours d'Histoire.

Fabrice Murgia met en scène le making of d'un film, où des comédiennes tentent de retracer l'existence de la poétesse Sylvia Plath. Nous avons suivi, une année durant, l'élaboration de ce spectacle musical très ambitieux. Et très féminin.

La Noce des petits bourgeois de Brecht se célèbre en lituanien dans cette adaptation d'Oskaras Korsunovas. Un régal de jeu d'acteurs présenté au Festival de Liège avant le National.

Un film (Ma Vie avec James Dean), un livre (Grands Carnivores), un disque (Persona) et un spectacle autour de Bowie présenté au Théâtre National (Low/Heroes)... Bertrand Belin se multiplie et varie les plaisirs. Conversation au long cours...

Quand un dîner d'anniversaire se fait banquet cannibale. On est sauvage comme on peut du Collectif Greta Koetz raconte le basculement dans une folie toute animale, la question de l'émancipation en filigrane.