Tout sur Philippe Sireuil

Sous forme d'un diptyque, Jean-Marie Piemme écrit une suite à La Putain respectueuse de Sartre pour sortir de l'anonymat sa victime noire. Un symbole antiraciste appuyé et mis en scène par Philippe Sireuil.

Avec une foule bigarrée de comédiens et une efficace sobriété, Philippe Sireuil met en scène le kaléidoscope écrit par Jean-Marie Piemme autour des attentats de Bruxelles. Bruxelles, printemps noir pose questions de façon sereine, drôle parfois, jusqu'au fantastique.

Témé Tan, Philippe Sireuil, Denis Meyers, Mathieu Burniat, Mohamed Ouachen ou encore Amira Daoudi... Une quinzaine d'artistes bruxellois reviennent en mots, en images et en émotions sur les attentats qui ont frappé la capitale il y a un an.

À la réduction des subventions, au délestage de la culture à la RTBF et à la précarisation du statut des artistes s'ajoute un climat délétère aux relents populistes qui tente de faire passer l'art pour une lubie d'aristos. Qu'en pensent les principaux intéressés? La parole à Philippe Sireuil, metteur en scène et co-fondateur du Varia.