Tout sur MIMA

Cinquante ans après Mai 68, ce slogan ne sent-il pas le moisi? Non. Réactivé, le désir de s'opposer, inscrit à l'affiche de nombreux lieux de culture, culmine dans un événement phare programmé à la Centrale: Résistance.

Le MIMA a choisi de placer 2018 sous le signe de la désobéissance civile. Comme premier temps fort de l'année, le musée accueille Akay & Olabo, deux passe-murailles suédois qui font des merveilles.

La 17e édition des Nocturnes des Musées bruxellois se tiendra dès ce jeudi soir et tous les jeudis suivants jusqu'au 7 décembre. De 5 à 7 musées proposeront en même temps, de 17h00 à 22h00, des soirées atypiques gratuitement ou pour 3 euros. Au total, 68 musées participent cette année à l'événement, contre 69 l'année passée. La fréquentation était de 18.500 personnes en 2016.

MNF... WTF? Hello again, ça y est, la Museum Night Fever, la nuit annuelle des Musées bruxellois, remet le couvert pour la 10e fois consécutive, le 11 mars prochain.

Expo Banksy à Rome, JR au Louvre, MIMA à Bruxelles, graffeurs à la Villa Médicis... Le street art entre doucement au musée avec l'ouverture d'un premier lieu d'exposition permanente à Paris. Reconnaissance ou embourgeoisement d'un mouvement né il y a à peine cinquante ans dans la rue?

En attendant de réussir le pari du succès de foule (bien emmanché si l'on en juge par la fréquentation du premier week-end -4000 personnes, soit 12% de l'objectif annuel!-), le quatuor à la barre du MIMA a déjà réussi un autre défi de taille: remettre un peu de surréalisme dans ce champ de bataille urbain...

C'est un projet comme on n'aurait même pas osé en rêver. Une sorte d'ovni culturel en marge des institutions et des savoirs constitués. En mars 2016, le MIMA sera inauguré dans la capitale.