Tout sur Laurent de Sutter

S'il y a une profession qui n'a pas chômé pendant ces deux mois de confinement, à côté des soignants, caissières et livreurs de colis, ce sont les philosophes. Face à l'inconnu, ils ont été appelés à la rescousse pour mettre un peu de sens dans la pagaille générale. Et notamment nous aider à comprendre les enjeux épistémologiques de cette crise qui a chamboulé nos vies quotidiennes, nous confrontant à des situations inédites potentiellement déstructurantes et angoissantes.

En 2010, un fringuant nonagénaire poussait une gueulante dans un petit livre séditieux, devenu en quelques semaines un véritable phénomène éditorial. Stéphane Hessel y sommait la jeunesse de retrouver le goût de l'indignation, dilué selon lui dans les eaux saumâtres du consumérisme et du fatalisme. "Les raisons de s'indigner peuvent paraître aujourd'hui moins nettes ou le monde trop complexe. (...) Mais dans ce monde, il y a des choses insupportables. Pour le voir, il faut bien regarder, chercher."

Pour sa 33e édition, le Salon du livre de Genève mettait la Belgique francophone à l'honneur. L'occasion, pour une littérature en quête d'identité et de visibilité, de faire campagne.

Nosferatu et Jack Sparrow ouvrent une nouvelle collection explorant le répertoire de la culture populaire à travers ses personnages emblématiques.