Tout sur Jérôme Nayer

Partant de sa propre opération d'une tumeur au cerveau, Patrick Declerck, dont c'est ici le troisième texte mis en scène par Antoine Laubin, place l'homme devant l'imminence potentielle de la mort, devant l'immortalité de l'art et devant l'insouciance des animaux. Brillant.