Tout sur Colin Farrell

Yórgos Lánthimos et Michael Haneke signent deux films funèbres croquant avec férocité une humanité déclinant sans espoir de Happy End...

Sofia Coppola adapte dans une perspective féminine The Beguiled, roman de Thomas Cullinan porté à l'écran en 1971 par Don Siegel. Une réussite vénéneuse.

Denis Villeneuve, Sofia Coppola, Darren Aronofsky, Michael R. Roskam... Ils sont nombreux, les réalisateurs à proposer des films qu'on attend de pied ferme. Le point de la rédaction.

Pendant tout l'été, Focus passe le 7e art au crible de certains de ses objets fétiches. Premier d'entre eux: le téléphone, décroché par Hitchcock, Wenders, Assayas, Spielberg et beaucoup d'autres...

On n'attendait guère Sofia Coppola sur le terrain du remake, a fortiori de The Beguiled (Les proies), déjà adapté en 1971 par Don Siegel du roman de Thomas Cullinan, avec Clint Eastwood dans le rôle central.

La 70e édition du festival de Cannes s'ouvre ce mercredi sur Les fantômes d'Ismaël d'Arnaud Desplechin. Signe des temps: en plus des habitués, les productions télévisées s'invitent sur la Croisette, désertée par les grosses machines hollywoodiennes...

Quatre ans après The Bling Ring, Sofia Coppola annonce son retour sur le grand écran avec un premier trailer pour son futur film. Une jolie brochette d'acteurs, un arrière-plan historique et une mise en scène du désir féminin: The Beguiled ne devrait pas passer inaperçu.

Pour son premier film en anglais, le cinéaste grec Yorgos Lanthimos imagine une dystopie en forme de dictature des sentiments. Un modèle d'humour absurde combiné à un regard aiguisé sur le monde, et un Lobster à déguster sans modération. Rencontre.