Tout sur Clément Thirion

Avec la crainte d'une fermeture des salles prolongée jusqu'à l'été et des aides annoncées qui tardent à venir, les arts de la scène s'organisent pour éviter que les spectacles mort-nés ne se multiplient. Mais l'embouteillage est bien réel.

La culture souffle le chaud et le froid en ce moment. Surtout le froid, en fait. Depuis deux semaines, notre boîte mail ressemble à un cimetière où s'entassent les cadavres des concerts, spectacles et festivals qui n'auront pas lieu d'ici à, au mieux, septembre. Kunst, BSF, Couleur Café, BIFFF, Werchter, Avignon, Tomorrowland, etc. Des faire-parts qui s'ajoutent à ceux annonçant le départ précipité et définitif de ténors des Arts et des Lettres, fauchés eux aussi par le Covid-19, comme l'écrivain Luis Sepúlveda ou le flambeur mélancolique Christophe.