Tout sur Arts, culture, divertissement et médias

En hip-hop, classique et contemporain, les nouvelles initiatives d'encadrement pédagogique se multiplient, sous des formes diverses. Mais avec un même objectif: pousser la danse plus haut!

A partir du 8 mai, le secteur culturel est autorisé à organiser des événements en extérieur pour maximum 50 personnes. Un assouplissement très inférieur à ce qui était espéré, mais qui permet à certains de rebondir. En attendant mieux...

Une manifestation toute en symbole a réuni plusieurs milliers de personnes sur la place de la Monnaie à Bruxelles. A l'initiative de ce mouvement: le collectif Bezet la Monnaie Occupée qui avait déjà organisé la colonisation des lieux et l'organisation des tribunes de parole.

Un an complet de disette pour les arts de la scène qui ont dû s'adapter, se réinventer, réimaginer les concepts pour faire vivre un secteur privé de son public. A l'image du festival estudiantin Courants d'airs, organisé par le conservatoire royal de Bruxelles qui se déroulera du 21 avril au 2 mai.

Alors qu'expliquer et faire comprendre n'a jamais semblé aussi important qu'aujourd'hui, la bande dessinée s'affirme comme le meilleur outil de vulgarisation à disposition des scientifiques, et des auteurs qui les lisent. Tel Mathieu Burniat, cador du genre, qui remet ça avec Sous Terre.

Assister à de la musique live en 2021, impossible ? Peut-être pas. À la suite du succès de la précédente édition, Paradise Down by the Lake remet le couvert cette année.

Le film Nomadland est sorti vainqueur dimanche soir de la cérémonie des Golden Globes qui ont également distingué un grand nombre d'artistes noirs, dont le défunt Chadwick Boseman, dans des catégories majeures après avoir été vivement critiqués cette semaine sur l'absence de juré noir au sein de l'organisation.

Le comédien belge Lionel Liégeois participait ce samedi à l'action Still Standing for culture à Dinant. C'est muni de pancartes représentant les spectacles qu'il jouait avant les mesures sanitaires que Lionel a performé immobile sur un fond sonore de Show must go on, accompagné d'autres comédiens, danseurs, metteurs en scène, musiciens, etc.

Reproduire grandeur nature la trajectoire de faits et mouvements marquants. Tel est le récit plastique inédit, celui de la sculpture documentaire, initié par Pierre Larauza au centre Tour à plomb, au coeur de Bruxelles.

A Liège, la Cité Miroir signe l'une des rares expositions monographiques d'ampleur consacrées au sculpteur en Belgique. La scénographie intimiste consacre "l'humanité absolue" de son oeuvre.