Tout sur Arnaud Desplechin

Tout au long de cette 74e édition du festival de Cannes, retrouvez les impressions de nos envoyés sur place, Jean-François Pluijgers et Nicolas Clément. Le tout regroupé dans un tableau pratique, mis à jour quotidiennement.

4 star star star star star

POLAR | L'on n'attendait guère Arnaud Desplechin, cinéaste à l'univers intensément romanesque, sur le terrain du réel. C'est dire si, inspiré par un fait divers et le documentaire consécutif Roubaix, commissariat central, affaires courantes de Mosco Boucault, Roubaix, une lumière, son dixième long métrage, semble marquer une rupture dans sa filmographie.

Le 72e festival de Cannes s'ouvrira mardi sur The Dead Don't Die, film de zombies de Jim Jarmusch. Présentation d'une sélection officielle s'annonçant résolument solide, avec cinq anciens lauréats de la Palme d'or en compétition, à défaut d'être franchement aventureuse...

L'Académie des arts et sciences du cinéma, qui a promis de diversifier l'origine de ses membres, a annoncé lundi qu'elle avait convié un nombre record d'artistes à rejoindre ses rangs, dont une moitié de femmes y compris les Françaises Léa Seydoux, Sofia Boutella et Emmanuelle Seigner.

Les Pleureuses est de ces livres discrets que la voix basse et les silences auraient presque pu faire passer inaperçu. Presque.

Avec Les Fantômes d'Ismaël, Arnaud Desplechin signe une oeuvre-gigogne, emmêlant les fils de la fiction dans un récit frénétique débouchant paradoxalement sur ce qui est peut-être son film le plus apaisé...

Cela pourrait relever de la pure coïncidence. Mais quand deux romans, un film et quelques séries télé, sans compter les exemples qui ont échappé à notre radar, tirent simultanément sur le même fil narratif, on est tenté d'y voir des résonances et même des symptômes de quelque chose de plus profond.

La 70e édition du festival de Cannes s'ouvre ce mercredi sur Les fantômes d'Ismaël d'Arnaud Desplechin. Signe des temps: en plus des habitués, les productions télévisées s'invitent sur la Croisette, désertée par les grosses machines hollywoodiennes...