Tout sur Alain Badiou

S'il y a une profession qui n'a pas chômé pendant ces deux mois de confinement, à côté des soignants, caissières et livreurs de colis, ce sont les philosophes. Face à l'inconnu, ils ont été appelés à la rescousse pour mettre un peu de sens dans la pagaille générale. Et notamment nous aider à comprendre les enjeux épistémologiques de cette crise qui a chamboulé nos vies quotidiennes, nous confrontant à des situations inédites potentiellement déstructurantes et angoissantes.

Depuis sept éditions, le propos du festival Les Inattendues de Tournai est audacieux: faire dialoguer musique et philosophie au fil de spectacles, créations et rencontres entre musiciens, philosophes et artistes. La thématique de cette année? "Changer de mondes? C'est possible!" Le Vif/L'Express a demandé à Laurent de Sutter, un des intervenants du festival, de faire en avant-première un petit tour de la question.

Trop bruyante, trop impétueuse, trop libre, trop versatile, trop mouvante, trop sanguine, trop influençable, trop passionnée, trop molle, trop sensible, la jeunesse est un aimant qui attire la limaille des adjectifs de toutes les couleurs, de tous les calibres. Faute de pouvoir la cerner, on la cantonne dans une sorte de no man's land sociologique, une zone franche où elle peut s'ébrouer sans trop peser sur les affaires du monde.