Article du magazine
Laurent Raphaël

Je ne dois pas être le seul à ressentir ces derniers jours une grande lassitude. Sport, lecture, promenade... rien n'y fait, un entêtant "à quoi bon?" vient systématiquement gripper mes pensées.

Carte blanche

"Les arts paient un lourd tribut au virus, mais celui-ci ne peut s'attaquer à ce qui fait leur essence. Nous continuons en effet à rêver, à nous rêver et à nous ressourcer en plongeant dans les rêves d'autrui", rappelle Hans Waege, intendant du Belgian National Orchestra, dans cette carte blanche.

Article du magazine
Laurent Raphaël

Physiquement, Joann Sfar ressemble moins au félin efflanqué de sa célèbre saga Le Chat du rabbin qu'à un matou de Walt Disney. Mais pas le matou qui passe ses journées sur le radiateur à contempler le monde d'un oeil mi-clos. Non, un matou volubile, agile, connecté, érudit et, surtout, hyperactif.

Carte blanche

Au lendemain du Comité de concertation annonçant de nouvelles mesures face au Covid, Vincent Hublet, travailleur du secteur du spectacle et de l'événementiel non subsidié, a eu besoin de réagir. Voici son coup de gueule.

Article du magazine
Laurent Raphaël

On en connaît tous. C'est un collègue, une cousine, un vendeur, un automobiliste, un parent au bord des terrains de sport, un client du supermarché... Ils sont partout.

Article du magazine
Laurent Raphaël

Alertés par un solide buzz -et par les recommandations personnalisées de Netflix-, on a regardé The Social Dilemma, ce documentaire choc qui entend nous ouvrir les yeux sur les ravages présents et à venir des réseaux sociaux sur notre santé mentale, sur nos rapports sociaux et sur la démocratie.

Article du magazine
Laurent Raphaël

L'essayiste Daniel Ménager a le sens du timing. Comment ne pas faire le lien entre un livre qui s'intitule Convalescences (éditions Les Belles Lettres) et la situation sanitaire qui a mis sens dessus dessous la planète?

Article du magazine
Laurent Raphaël

Le quotidien anglais The Guardian a réussi un beau coup de pub il y a quinze jours en publiant un éditorial rédigé par une intelligence artificielle (IA). Sous l'intitulé accrocheur Un robot a écrit intégralement cet article. Cela vous effraie-t-il, humains?, le texte dissertait sur les raisons pour lesquelles les machines ne devraient pas être une menace pour leurs créateurs.

Article du magazine
Laurent Raphaël

Si le racisme pouvait être éradiqué avec des arguments cartésiens, cela se saurait. Mais parce qu'il se nourrit de fantasmes, de stéréotypes et de sentiments grégaires comme la peur de l'inconnu, son blindage résiste aux assauts les plus rationnels. Qu'ils soient juridiques, économiques ou moraux.

Article du magazine
Laurent Raphaël

Drôle de rentrée. On se demande même si on peut vraiment parler de rentrée. Certes, les enfants ont enfin repris le chemin de l'école. Un premier pas symbolique vers la normalisation. Comme peuvent l'être aussi à première vue la reprise du championnat de foot ou la traditionnelle avalanche de romans de la rentrée littéraire (on vous en parle en long et en large dans le Vif).

Article du magazine
Laurent Raphaël

En temps normal, à ce moment-ci de l'année, on trépigne comme un chat affamé attendant sa ration de croquettes. La perspective d'un voyage fantasmé depuis des lustres, d'une tournée des grands festivals, d'un marathon d'expos à Arles, d'un banquet de lectures à rattraper, ou tout simplement d'un changement de rythme dans le train-train à grande vitesse du quotidien, cette perspective donc déclenche d'ordinaire une onde de plaisir, un ravissement par anticipation.

Article du magazine
Laurent Raphaël

Quand les mots ordinaires échouent à décrire un choc, une injustice, un ravissement ou une colère, il reste toujours la poésie. Affranchie des règles du cartésianisme, elle "parle" directement au coeur en combinant des sensations à la manière du peintre qui fait naître l'émotion en juxtaposant les couleurs sur la toile. La poésie est un paradis perdu sur la carte embouteillée de la communication dévitalisée.

Carte blanche

Eux aussi touchés de plein fouet par la crise du coronavirus, les festivals de cinéma en Fédération Wallonie-Bruxelles ont envoyé une lettre ouverte aux ministres concernés afin de les interpeller à propos de la situation critique qu'ils traversent. La voici.

Carte blanche

"L'annulation de la projection d'Autant en emporte le vent est une nouvelle illustration du courant de décérébration qui s'est emparé de notre société", clame le neurologue et écrivain Antoine Sénanque dans cette carte blanche.