Sept riverains du festival, qui fêtera ses dix ans cette année et sera étalé sur deux week-ends, avaient porté plainte. Ils ne demandaient pas que le festival soit interdit mais que les normes anti-bruit soient respectées. Si leur demande était acceptée, cela rendrait impossible l'organisation du festival, avait plaidé l'organisateur ID&T, qui a reçu le soutien de 33 entreprises belges et étrangères ayant un intérêt financier dans l'organisation de l'événement.

Les riverains savaient déjà depuis le mois de décembre dernier que l'organisateur ID&T planifiait un double week-end pour les dix ans du festival, mais ils n'ont introduit une action en référés que deux mois plus tard. Selon le juge, ils ont ainsi créé eux-mêmes une situation d'urgence. Leur demande de ne pas laisser le festival se dérouler dépasse par ailleurs aussi la compétence du tribunal des référés, qui ne peut prendre que des mesures provisoires.

Le juge ne se prononce pas sur la question des permis pour le festival, car les autorités administratives doivent encore prendre leurs décisions en la matière.

Le tribunal des référés d'Anvers a dès lors déclaré jeudi infondée la plainte des riverains. Le festival pourra donc se dérouler comme prévu.

Sept riverains du festival, qui fêtera ses dix ans cette année et sera étalé sur deux week-ends, avaient porté plainte. Ils ne demandaient pas que le festival soit interdit mais que les normes anti-bruit soient respectées. Si leur demande était acceptée, cela rendrait impossible l'organisation du festival, avait plaidé l'organisateur ID&T, qui a reçu le soutien de 33 entreprises belges et étrangères ayant un intérêt financier dans l'organisation de l'événement.Les riverains savaient déjà depuis le mois de décembre dernier que l'organisateur ID&T planifiait un double week-end pour les dix ans du festival, mais ils n'ont introduit une action en référés que deux mois plus tard. Selon le juge, ils ont ainsi créé eux-mêmes une situation d'urgence. Leur demande de ne pas laisser le festival se dérouler dépasse par ailleurs aussi la compétence du tribunal des référés, qui ne peut prendre que des mesures provisoires.Le juge ne se prononce pas sur la question des permis pour le festival, car les autorités administratives doivent encore prendre leurs décisions en la matière.Le tribunal des référés d'Anvers a dès lors déclaré jeudi infondée la plainte des riverains. Le festival pourra donc se dérouler comme prévu.