1. Joue uniquement ce que tu entends.
...

C'est le 22 avril 1985 que le jazzman et roi de l'impro Chick Corea, reçu pour une performance et une séance de questions-réponses au Berklee College of Music de Boston, dicte aux étudiants une liste de seize conseils qu'il baptise Cheap but good advice for playing music in a group, soit, littéralement, des bons petits conseils pas chers pour jouer dans un groupe, pourtant vus aujourd'hui comme les Tables de la Loi pour qui s'essaye au jazz, au jazz fusion ou plus encore à l'impro. Des conseils que le batteur Ed Soph, présent dans la salle, s'empresse lui aussi de noter, de taper à la machine, de "stenciler" et de distribuer dans les cercles de jazz- seule trace écrite et encore existante de cette relique sacrée. C'est que Chick Corea, né en 1951, mort le 9 février dernier, savait de quoi il parlait: claviériste, multi-instrumentiste, compositeur, il fut de la révolution jazz rock en compagnie des Miles Davis, Keith Jarrett ou Herbie Hancock, après avoir joué avec Cab Calloway et Stan Getz, membre lui-même de dizaines de bands. Un monstre à la centaine de disques et aux 22 Grammy Awards, surtout connu pour son sens incroyable de l'improvisation et des dissonances, avec une rythmique d'enfer chevillée au corps et apprise, aussi, aux cotés de Willie Bobo... Et sans doute un peu lassé qu'on lui demande toujours "comment donc qu'on fait ça, une impro?". D'où cette petite liste de conseils "cheap but good" qu'aucun musicien de groupe n'oserait remettre en question. Dans le genre, cette liste de Chick Corea est presque aussi célèbre que les conseils de Thelonious Monk, notés au vol et au crayon dans un petit carnet par le saxophoniste Steve Lacy, un soir de boeuf en 1960. Une autre histoire.