En septembre dernier, Nick Cave a lancé un site Web du nom de The Red Hand Files au principe plutôt généreux: ceux qui s'y inscrivent reçoivent chaque semaine un e-mail où le chanteur australien répond à des questions de fans, y compris indiscrètes. Cave ne cache pas que c'est avant tout un exercice littéraire. Il ne communique en effet pas avec son public comme on peut le faire sur Facebook ou Twitter, c'est-à-dire à l'arrache, quasi en direct, sans tenir compte des fautes de frappe. Ses missives sont au contraire réfléchies, très écrites, et ne ressemblent pas vraiment au langage marketing habituel des groupes de rock. Comme l'a résumé le magazine Spin, on l'a ainsi déjà vu via le site dialoguer avec son public sur "la beauté de l'ennui, les monstres de sous son lit, le retour de Grinderman et de cette ligne de Miley Cyrus tirée de la chanson Higgs Boson Blues tirée de l'album Push The Sky Away." Nick Cave a aussi tout récemment répondu par une lettre profonde et magnifique à une certaine Cynthia, qui habite Shelbune Falls, dans le Vermont, une dame qui a perdu trois proches dans un laps de temps très court et a demandé à Nick Cave si Arthur, son fils mort il y a trois ans à Brighton, le visitait parfois dans ses ...

En septembre dernier, Nick Cave a lancé un site Web du nom de The Red Hand Files au principe plutôt généreux: ceux qui s'y inscrivent reçoivent chaque semaine un e-mail où le chanteur australien répond à des questions de fans, y compris indiscrètes. Cave ne cache pas que c'est avant tout un exercice littéraire. Il ne communique en effet pas avec son public comme on peut le faire sur Facebook ou Twitter, c'est-à-dire à l'arrache, quasi en direct, sans tenir compte des fautes de frappe. Ses missives sont au contraire réfléchies, très écrites, et ne ressemblent pas vraiment au langage marketing habituel des groupes de rock. Comme l'a résumé le magazine Spin, on l'a ainsi déjà vu via le site dialoguer avec son public sur "la beauté de l'ennui, les monstres de sous son lit, le retour de Grinderman et de cette ligne de Miley Cyrus tirée de la chanson Higgs Boson Blues tirée de l'album Push The Sky Away." Nick Cave a aussi tout récemment répondu par une lettre profonde et magnifique à une certaine Cynthia, qui habite Shelbune Falls, dans le Vermont, une dame qui a perdu trois proches dans un laps de temps très court et a demandé à Nick Cave si Arthur, son fils mort il y a trois ans à Brighton, le visitait parfois dans ses rêves. En réponse à une telle question, digne d'un paparazzi ayant trop mangé de chips goût poulet devant Mireille Dumas étant jeune, j'aurais personnellement invité Cynthia à aller visiter les antiques, traditionnelles et idiomatiques pratiques sexuelles grecques, mais je n'ai bien entendu pas la classe de Monsieur Cave. L'Australien, qui s'y connaît en tourments et en démons, lui a en effet répondu par une missive très éclairée et profondément humaine qui a d'ailleurs cette semaine beaucoup tourné sur le Net et dans les médias. J'espère que vous m'excuserez de l'avoir traduite à la serpe, la voici:Ma traduction ne rend pas vraiment hommage à la richesse de la langue de Nick Cave, ni à son message à la fois assumé athée et malgré tout tendre envers la superstition et, surtout, profondément humaniste. Voilà donc bien une missive qui, en principe, devrait laisser coi, songeur, allumer l'imagination, créer de l'espoir et de la sagesse. Et devinez quoi? Devinez un peu quelles ont notamment été les réactions sur Twitter dès que ces quelques lignes ont commencé à circuler et à être commentées? De gros couillons égocentriques qui concourent visiblement au jeu du "chagrin qui fait pipi plus haut que ton chagrin" ont bien évidemment posté en retour des photos de leurs bambins cancéreux qu'ils espèrent eux aussi devenir des fantômes. Des types ont estimé que si Nick Cave était tellement intéressé par le deuil, il devrait annuler ses concerts en Israël, pays d'apartheid où des snipers de Tsahal descendent arbitrairement des fils à leurs pères palestiniens de façon journalière. Quelqu'un a aussi demandé où était le scénario de Gladiator 2, ce script complètement délirant écrit par Nick Cave et rejeté par Ridley Scott (réponse: il est ICI). Quelqu'un d'autre a encore écrit que cette lettre du chanteur lui rappelait une citation tirée d'un bouquin de Cormac McCarthy - "je me rappelle plus lequel mais ça parlait de parler avec les morts". Ben, tiens: tous les bouquins de Cormac McCarthy ont des apparitions et des morts qui causent. Il y a sinon encore eu pas mal de trucs à la Paolo Coehlo, des citations de Kalil Gibran et des e-cards avec des colombes. Bref, le pire d'Internet, le fond tout noir et tout puant de la casserole. The New Yorker ne s'est toutefois pas trompé en parlant de The Red Hand Files comme d'un projet comme Internet en a probablement plus que jamais besoin. C'est que non content de rapprocher les gens et de leur offrir des sujets de discussion un peu plus intéressants que le tout-venant, il lâche surtout en pâture des tranches d'honnêteté, à la fois brutales et tendres, à une époque où les gens sur Internet utilisent beaucoup trop de masques et de postures. Que cette mise à nu vienne d'un chanteur qui a longtemps (40 ans de carrière, tout de même...) joué et même surjoué un rôle de dur-à-cuire, de prêcheur fou, de gars pas franchement aimable et certainement pas facile à cerner, est vraiment une invitation à arrêter le cirque et à revenir à l'essentiel, dit en substance le magazine new-yorkais. Et moi, je suis bien d'accord avec ça. Et encore plus d'accord que sorte vraiment et rapidement ce troisième album de Grinderman...