En septembre dernier, Nick Cave a lancé un site Web du nom de The Red Hand Files au principe plutôt généreux: ceux qui s'y inscrivent reçoivent chaque semaine un e-mail où le chanteur australien répond à des questions de fans, y compris indiscrètes. Cave ne cache pas que c'est avant tout un exercice littéraire. Il ne communique en effet pas avec son public comme on peut le faire sur Facebook ou Twitter, c'est-à-dire à l'arrache, quasi en direct, sans tenir compte des fautes de frappe. Ses missives sont au contraire réfléchies, très écrites, et ne ressemblent pas vraiment au langage marketing habituel des groupes de rock. Comme l'a résumé le magazine Spin, on l'a ainsi déjà vu via le site dialoguer avec son public sur "la beauté de l'ennui, les monstres de sous son lit, le retour de Grinderman et de cette ligne de Miley Cyrus tirée de la chanson Higgs Boson Blues tirée de l'album Push The Sky Away." Nick Cave a aussi tout récemment répondu par une lettre profonde et magnifique à une certaine Cynthia, qui habite Shelbune Falls, dans le Vermont, une dame qui a perdu trois proches dans un laps de temps très court et a demandé à Nick Cave si Arthur, son fils mort il y a trois ans à Brighton, le visitait parfois dans ses ...